• BOHÈME

    Lueur charbon, les pupilles de nobles tziganes,
    Aux fourberies de bateleurs et voleurs de poules,
    Se réchauffent de souvenirs comme d'une manne
    Solaire laissant dorer l'embonpoint des citrouilles.

    Au fil de la rivière, la pluie mêle ses couleurs,
    Aux alevins d'argent qui frétillent à venir jouer
    Avec les faisceaux lumineux qui les effleurent
    D'une étreinte aux scintillements édulcorés.

    Où vas-tu, Zingaro ? Je reviens en Bohème…
    Là où les terres de Moravie aspirent le ciel,
    Là où les méandres se nourrissent encore des mêmes
    Astres que les nuages qui se sustentent de miel...

    Armand Rothan Manny

    http://www.ipernity.com/home/armanny


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :