• RÉMELFING EN MUSIQUE

    6ème édition - 23 mai 2015

     Cliquez sur le lien suivant :

    http://www.remelfingenmusique.fr/fr/ 

    (Cliquez sur les liens ci-dessus... Et mettre le son)

    http://www.ipernity.com/doc/armanny/730494 

    http://www.ipernity.com/doc/armanny/531213


    votre commentaire
  • Une fantaisie dans la vallée de la pierre blanche.
    L’être d’une allégorie, celle de la licorne ;
    Fabuleux cheval à la corne d'ivoire, qui tranche
    D'un seul coup de tête les esprits qui fanfaronnent.

    Les rus d'eau ne sont à l’origine d’aucunes sources.
    C’est le ciel dispensateur d’un crachin diffus,
    Qui jusqu’à l’éphémère ornière en fin de course,
    Auréole d’ondée les jachères d’herbes touffues.

    Le chemin s'endigue au devant d’un panneau où,
    Sans laisser d’empreintes à des jalons aux abois,
    Tout s’oppose au cheminement chimérique d’un fou
    À s’aventurer et fuir par-delà l’endroit…

    Armand Rothan Manny


    votre commentaire
  • Des choses se passent à l'instant !
    Comme des êtres surgissant à la fois
    Des fleuves, des forêts et des océans.

    Le miroir d'une flaque, perlée de soie,
    S'accroche aux branches se sustentant
    À l'arbre aux mille moulins à prières.

    Peignant les étendus d'un vert sylvestre,
    Teinte d'espoir, pour ceux qui croient d'autant,
    Que la pluie s'abreuve de nourritures terrestres.

    Le frisson du vent se mêle au soleil,
    Qu'impressionnent les yeux à fixer le ciel,
    À écouter ce calme des solitudes dénudées,
    Où les bois pleurent de leurs écorces mouillées...

    Armand Rothan Manny


    1 commentaire
  • Quel bonheur de sentir monter en soi,
    Toute cette vie suprême, toute simple ;
    Amalgame de sensations et d'émois,
    Enfin que les visions claires soient humbles.

    Au petit jour quand les frimas s'animent,
    Le voile se lève, virevolte dans les airs
    Plus ascendants, d'un coup sans déprime,
    C'est le commencement sensible d'une ère.

    Les sensations sont des couleurs d'aquarelles,
    Diluées aux larmes douces du cœur,
    On peut le laisser pleurer, c'est naturel,
    Son sang est translucide, plein de senteurs.

    La lactescence imaginaire sort des entrailles,
    C'est elle qui permet de prolonger la vie,
    Bien au-delà de celle qui nous tenaille,
    À chaque instant où toujours on a fuit...

    Armand Rothan Manny

    (Cliquez sur le lien ci-dessus... Et mettre le son)

    http://www.ipernity.com/doc/armanny/730494


    votre commentaire
  • Le vent fredonne, le sable d'or virevolte,
    À s’étourdir d’une farandole à toute volée.
    Tant le firmament se moutonne, désinvolte,
    D’un banc de nuages qui refuse à le voiler.

    Un contour mauresque s’image au devant
    D'un horizon de dune ambré, où le regard noir
    D'une féline apparition d'un nouveau temps,
    Diffuse une pensive vision à l'ombre du soir.

    Se laisser savourer de boissons vivantes,
    À peine le temps de ce léger coup de brise,
    Où les yeux s'éblouissent et que la voix chante
    Ces airs tiédis par une lumière imprécise.

    L'allure attise les élans câlins et sereins,
    Comme une délicate fragrance d'un mélange,
    Où le désir se sauve et n'a besoin de rien,
    Sinon d’une tendre appétence qui démange...

    Armand Rothan Manny


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique